Accueil > politique commerciale > Méthode pour faire résilier un contrat « one shot » (exemple sur un site Web)

Méthode pour faire résilier un contrat « one shot » (exemple sur un site Web)

Avec tous les clients de ces agences avec qui j’ai pu dialoguer, j’ai pu établir la méthode suivante pour pousser ces entreprises à la résiliation du contrat.

Note préliminaire : en Droit français, une annulation n’est pas possible si l’exécution dudit contrat a débuté. Seule une résiliation est possible. (Sauf si les deux parties sont d’accord pour annuler le contrat.)

Ce n’est pas une méthode sûre à 100 %, ni absolue. Elle est générale, et doit donc être utilisé avec attention et prudence. Autant vous le dire aussi de suite : vous devrez consulter un avocat pour vous défaire de vos contrats (mais il est possible d’obtenir des compensations) et probablement vous exposer en ligne (mais je vous aide à mieux appréhender vos identité numérique et cyber-réputation).

Conseil : imprimer cette page (CTRL + P) pour la lire hors-écran et pouvoir la consulter facilement à tout moment.

Dernière minute : cherchez à résilier unilatéralement le contrat de financement si cette faculté vous est ouverte.

Sommaire

  1. Tout enregistrer
  2. Activer son assistance juridique
  3. Demander immédiatement l’annulation des contrats
  4. Guetter le moindre faux pas
  5. Engager un avocat pour bloquer ou non les prélèvements
  6. Suggérer la médiatisation de l’affaire pour obtenir une résiliation amiable
  7. Rejoindre d’autres clients et faire du bruit
  8. Informer les organismes professionnels et média spécialisés
  9. Répondre favorablement à une nouvelle prospection
  10. Autres informations

1 : Tout enregistrer

De manière générale, enregistrer tous les échanges et conversations. Par courrier, n’envoyer que des Lettre Recommandée avec Accusé de Réception (LRAR). Par téléphone, l’annoncer au préalable à l’interlocuteur, et obtenir son accord pour la poursuite de l’enregistrement, ou raccrocher. (Sinon l’enregistrement est nul et inexploitable juridiquement.)

2 : Activer son assistance juridique

Activer l’assistance juridique de son assurance professionnelle. Ne pas hésiter à leur faire suivre vos échanges avec l’agence Web et/ou la société de financement. Je ne connais que deux avocats à vous recommander, Me Dubrulle en Vendée et Me Debrabant dans le Nord (03 20 02 11 11).

3 : Demander immédiatement l’annulation des contrats

Demander le jour-même l’annulation du contrat. La Loi donne un délai de rétractation de 7 jours à compter de la signature, par LRAR, sans distinguer si on agit en professionnel ou en consommateur. (France, articles L. 121-21 et L. 121-25 du Code de la consommation.)
Dans ce courrier, dénoncer les conditions de la signature, l’absence de délais de réflexion, la non réception du nom de domaine définitif avant la mise en ligne du site, tout ceci permettant d’argumenter sur le refus de collaborer sur des bases tronquées.
Signaler aussi cette demande au leaser (Parfip, Locam…), à son assureur professionnel, à l’ADCAPI, et à sa banque. (Leur envoyer une copie de la LRAR.
Et aussi : réservez le nom de domaine prévu dans le contrat. L’agence ne l’a peut-être pas déjà enregistré, et cela permet donc de rendre le contrat non viable. Le domaine est en effet indisponible, donc le contrat ne peut pas s’exécuter.

4 : Guetter le moindre faux pas

Guetter la moindre faute, dysfonctionnement ou oubli, et faire constater par huissier. Exemple : module payé mais absent sur le site, bogue, référencement non conforme à ce qui est marqué sur le contrat…

5 : Engager un avocat pour bloquer ou non les prélèvements

Courir chez un avocat, ou chez un service d’aide juridique bénévole.

  1. Lui demander conseil pour bloquer ou non les prélèvements bancaires. (Question cruciale pour l’annulation ou la résiliation des contrats.) Un blocage fait risquer des poursuites par la société de financement (loyers non payés), alors qu’un non-blocage pourrait être interprété par un juge comme un signe d’accord sur le contrat.
    Si on décide de bloquer les prélèvements, voir aussi à soit porter plainte, soit mettre cet argent sous séquestre. Y compris porter plainte contre l’entreprise de crédit-bail, car elle est complice de l’agence Web. Et tant qu’à faire, déposer plainte directement auprès du Procureur de la République (France).
  2. En plus de dédommagements, on peut demander des publications judiciaires, sur des sites spécialisés (tels Legalis.net), et dans la Presse (locale/spécialisée/…).
  3. Lui faire disséquer les contrats à la recherche du moindre vice ou erreur. Exemples : contrat sans mention des numéros obligatoires, contrat en taille de caractère 6 points, absence de date…
  4. Exigez toutes les pièces de votre dossier de crédit-bail (article détaillé).
  5. Si les prélèvements ont commencé: vérifier que vous détenez bien les 4 éléments suivants :
    • procès-verbal de conformité/de réception (qui prouve que vous avez reçu le bien pour lequel vous payez),
    • cahier des charges,
    • clause d’agrémentation/ d’alimentation/ de mise en route du site,
    • clause de cession.

    Sinon, exigez-le à la société de financement, elle doit vous remettre notamment ce procès-verbal de réception avant de vous prélever !

Parallèlement, exploitez la faculté de résiliation unilatérale, si celle-ci vous est ouverte. (Cette procédure nécessite un avocat.)

6 : Suggérer la médiatisation de l’affaire pour obtenir une résiliation amiable

Recontacter le commercial et « menacer » de témoigner sur le Web, en citant explicitement les noms des personnes/entreprises. S’il y a une chose que ces agences n’aiment pas, c’est la publicité. Cela permet d’inverser partiellement le rapport de force et pousse l’agence à un RDV de résiliation. Si possible, se faire assister d’un avocat.

  1. En cas de RDV de résiliation, ne rien lâcher, être ferme, ne céder/prêter/échanger aucun document, sous aucun prétexte. Refuser les concessions. L’annulation ne doit rien coûter au final. Et même, demander une compensation. Par exemple, laisser entendre que l’on ira pas voir les média en échange de l’équivalent de 20 mensualités. Attention : ne pas tomber dans le chantage, qui est sévèrement puni, même en cas d’échec.
  2. Rédigez votre témoignage détaillé et envoyez-le à RTL Conso (Julien Courbet)RMC (Jean-Jacques Bourdin), les webmagzines  L’InternauteLe Journal Du Net.
  3. Pour s’exprimer sur le Web, choisir une plate-forme étrangère, par exemple wordpress.com (comme ce blog), blogger.com (par Google), Google Sites, ou blogsite.org. Car sinon, la Loi de votre pays peut obliger l’hébergeur à bloquer, fermer ou retirer des contenus. Important : s’exprimer sous son vrai nom, sinon le témoignage n’est pas crédible ni fiable. (N’importe qui peut se cacher sous un pseudonyme et critiquer une société.) Ne pas calomnier, diffamer, injurier, dénigrer ; être factuel en s’exprimant sans émotion. Être responsable et assumer ses publications. Une plateforme hébergé en France o Belgique est également acceptable, à condition d’être influente. Essayez en créant votre blogue ou envoyez votre témoignage au magazine L’Internaute.
  4. Tant qu’à s’exprimer en ligne, impliquer aussi la société de financement. Ces entreprises (Parfip, Locam, KBC Lease, Wanlease) représentent un talon d’Achille pour ces agences Web, car si elles refusent de travailler avec l’agence Web, alors celle-ci ne peut plus vendre ses sites Web ! Donc si la société de financement estime sa réputation entachée par celle de l’agence Web, il est possible qu’elle cesse son partenariat avec cette dernière, ce qui va donc lui nuire.
  5. Une fois votre témoignage en ligne, l’agence reviendra vers vous et vous "suppliera" de supprimer le témoignage gênant. A vous de voir si vous le laisser en ligne malgré la résiliation, ou non ! Soyez aussi très attentif aux conditions de résiliation, elle risquent d’inclure une phrase du type "retrait du témoignage sur le site xxx.com en échange de l’annulation totale des contrat, du remboursement intégral et immédiat de tous les frais occasionnés, et d’une indemnité forfaitaire équivalente à 15 mensualités". Là encore, prenez bien le temps de lire à tête reposée ce que l’on vous propose !

Ecrire à votre député, pour l’avertir de ces pratiques douteuses, tant par le prestataires de services que le financeur qui en est complice. Il est possible de faire de même pour les sénateurs, euro-députés, Ministre de l’Economie numérique (Eric Besson), Secrétaire d’Etat aux TPE et PME (Hervé Nobelli), et le Garde des sceaux (Michel Mercier).

7 : Rejoindre d’autres clients et faire du bruit

Poster des appels à témoins (sur le site de l’ADCAPI, sur CommentCaMarche.net, etc…) pour se regrouper avec d’autres victimes. Informer les entrepreneurs amis, confrères. Communiquer avec d’autres clients de la même agences, par exemple via le groupe Facebook. Rejoindre d’autres clients de votre zone géographique. A partir d’un certains nombre, il peut être motivant pour eux tous de faire une manifestation : se rendre physiquement dans l’agence Web pour négocier une résiliation à l’amiable, et sans frais. Voire même accompagné : ami, représentant d’organisme professionnel, syndicat, journaliste avocat…

8 : Informer les organismes professionnels et média spécialisés

Prévenir les organismes professionnels (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers, DGCCRF, syndicats…) et média de son secteur d’activité/région., voire même les ministères concernés.

9 : Répondre favorablement à une nouvelle prospection

En cas de reprospection, dire « oui » à un RDV et… aviser. [ Piéger le commercial en le filmant, amener des témoins (amis, membre d'associations...) au RDV. ] Variante : donner une fausse adresse à laquelle vous ne vous rendez évidemment pas, histoire d’occuper inutilement le commercial, et si possible loin, afin d’augmenter sa fatigue.

Autres informations

En cas de témoignage en ligne, ne pas calomnier, diffamer, dénigrer, injurier. Être strictement factuel, s’exprimer sans émotion. Bannir aussi les termes "arnaque", "escrocs", et leurs dérivés, car ils sont potentiellement diffamatoires. Pour exprimer des choses plus « dures », les faire passer comme des opinions, des sentiments. Il est légal de dire "je trouve mon site merdique", alors qu’il ne l’est pas de dire "mon site est merdique", car cela fait passer l’état "merdique" comme un fait (sous-entendu avéré) et est donc diffamatoire.

Quelques guides pratiques que je vous recommande fortement de lire avant de rédiger votre témoignage :

  1. Guide "Je blogue tranquille", par le Forum des droits sur internet (PDF de 15 pages).
  2. Guide "Être informé pour mieux bloguer – Droits et Devoirs du blogueur", par Reporters Sans frontières (PDF de 11 pages).
  3. Guide "Cultivez votre identité numérique" (à lire en ligne) pour vous aider à mieux gérer votre identité numérique (car vous exposez vos identités professionnelle et personnelle sur le Web).
  4. Guide pour la gestion de la réputation en ligne pour vous aider à gérer l’e-réputation de votre entreprise (donc aussi la votre).

En cas de RDV filmé (à l’insu du commercial, bien sûr), évoquer ou rappeler la possible cession de l’enregistrement à une chaîne de TV ou TV Web. (Cela fait un autre moyen de pression et accroit la perte de contrôle de l’agence sur le contrat.) Rappel : sa diffusion est illégale (enregistrement à l’insu, conversation privée, Droit à l’image…).

Contribution

Si cette "méthode" vous a aidé à vous battre contre votre prestataire-arnaqueur, un don par Bitcoin ou un micro-don par Flattr est apprécié. Ce blogue est en effet édité à titre personnel et bénévole, je n’en tire aucun revenu. Il n’y a aucune obligation, vous être libre. ;-)

URL courte de cet article : https://affaireeo.wordpress.com/?page_id=756 ou https://wp.me/pIvH6-cc ou encore https://methode.prestatairesweb.com

Mathias PoujolRost

  1. Anonyme
    Mardi 8 mai 2012 à 9h46

    Bonjour,
    Dans la même galère que vous, j’espère seulement que quelqu’un s’en sorte et que cela fasse jurisprudence pour ceux qui sont bien coincés par un contrat en béton.
    Parfip, Cortix, Xiti, Icare etc…

    Cordialement.

  2. RDB 57
    Samedi 4 août 2012 à 4h20

    j’ai moi aussi un probléme Cortix/locam
    je n’ai rien à redire sur mon site (enfin !!! çà n’a pas été une mince affaire d’avoir ce que je voulais)
    mon problème aujourd’hui c’est que les deux société s’opposent et me réclament chacune les prélèvements
    bien sûr je ne peux pas payer les deux
    Locam m’informe que si je ne les paie pas eux, ils me réclameront les sommes restant dû
    Cortix/Elliweb me menace de couper mon site et de me réclamer les sommes restant dû
    Sympa de prendre les clients en otage
    Je me doute que je ne suis pas la seule dans cette situation
    n’hésitez pas à me contactez si vous avez des infos ou des éclaircissement
    L’union peut faire la force
    Un Juriste m’a informé aujourd’hui qu’il faut que j’arrive à savoir si la décision du 24 07 est déjà active ou soumise à appel, j’appellerai le greffe de Bordeaux lundi
    Merci par avance pour toute info supplémentaire
    Il faut que l’on fasse le max de bruit, il faut faire parler de nous et de notre situation, seul problème comment ?

  3. d
    Jeudi 30 août 2012 à 17h59

    A priori, je suis dans l même panade… mais au tout début de la bataille. La société de crédit-bail vient de faire le prélèvement du premier trimestre alors que le site n’est pas livré. J’ai donc fait opposition au prélèvement et tente de faire pression sur l’agence web. Je vais donc suivre ces conseils en espérant qu’ils lachent rapidement l’affaire ! Si je pouvais avoir quelques conseils supplémentaires, ce serait super ! D’avance merci et bon courage à tous.

  4. Anonyme
    Mercredi 19 juin 2013 à 17h00

    Bonjour

    Jeune auto-entrepreneur je viens de signer un contrat pour un site internet j’ai voulu le résilier mais impossible car je suis professionnelle… Nouvelle société S….. Tjs avec L***m bien sur!
    Quelqu’un a déjà gagné sur cette affaire ???

    • ADAM
      Vendredi 27 septembre 2013 à 18h48

      Bonjour, je suis exactement dans le même cas que vous aujourd’hui, pouvez-vous m’en dire d’avantage pour que je sache comment avancer… merci d’avance.

  5. Smeysters Michel
    Jeudi 10 octobre 2013 à 9h21

    Nous sommes en Belgique et nous avons été piégé en 2011.
    Notre affaire est dans les mains du Bureau d’avocat Elegis: Maître Patrick Henry, Maître Th.Haillot. place des Nations Unies 7 à 4020 Liège.
    Contactez le pour qu’il y ai des cas précis à présenter au tribunal de commerce.
    Lorsqu’un tribunal entendra du même avocat, qu’il y a une multitude de personnes qui ont subi le même sort, il sera plus facile pour chacun de s’en sortir.
    Le premier entretien n’engage à rien et permettra a ceux qui se sont fait avoir d’envisager avec un spécialiste la meilleure manière de se défendre.
    A bientôt. Bonne chance. Michel Smeysters GSM: 0 495 32 11 58

  6. Anonyme
    Lundi 21 octobre 2013 à 19h52

    piégée aussi il y a 4 ans maintenant le jugement a été rendu il y a quelques mois en ma défaveur. Je suis ecoeurée que de telles sociétés puissent anéantir de petite sociéte, moi je suis je suis en autoentreprise et ils m’ont démarchée une semaine après ma création de société. Vive la justice je dis !!!

  7. roussy
    Dimanche 10 novembre 2013 à 13h52

    Bonjour, je suis dans la même situation, connaissez-vous des procès aboutis ou en cours contre ce genre de pratique?

Comment pages
  1. Vendredi 23 avril 2010 à 21h32
  2. Jeudi 9 décembre 2010 à 11h57

Réagissez ! (Proposez un commentaire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 71 autres abonnés

%d bloggers like this: