Archive

Posts Tagged ‘Locam’

TF1 relaye l’affaire Odevia-Publiciweb-Locam (MAJ : Fr3 Bourgogne aussi)

TF1 a diffusé lundi un reportage sur cette « grosse » affaire qui secoue la région, à tel point que plus de 300 clients se sont regroupés en associations.

Les contrat des sociétés Odevia et Publiciweb

Les contrats des sociétés Odevia et Publiciweb

Nous faisons la connaissance de Jacques Dessens et Dominique Vieren, respectivement secrétaire et trésorier de l’association Assodevia.

Quelques précisions :

  • Les gérants n’ont pas disparu, la société Odevia a été liquidé par la Justice, et le gérant des sociétés Odevia et Publiciweb est le même : Cedric Rodriguez.  Il est sous contrôle judiciaire donc ne peut pas « disparaître » . L’interlocuteur pour la société Odevia est désormais son liquidateur : Maître Gilles Saint Antonin –  10 B Rue Boieldieu – 34500 BEZIERS.
  • La société Locam est une filiale du Crédit Agricole Loire & Haute-Loire (depuis 1991).
  • De très nombreuses sociétés opèrent sur le même principe, rien qu’une trentaine pour les agences Web.

Regarder le reportage sur TF1.fr. ( « Hérault : vaste ******* au site web gratuit » , dans le journal de 13h du lundi 7 mars 2011.)

Vous pouvez contacter l’association Assodevia (basée à Bézier) via le courriel suivant : assodevia(arobace)sfr(point)fr .

Il existe une autre association de clients, Association des ******** d’Odévia et de Publiciweb, qui elle est basée sur Perpignan. Son numéro de téléphone est le suivant : 04/68/35/98/80.

Merci à Showmidnight pour la notification.

MAJ : France 3 Bourgogne a aussi parlé de ces affaires, dans la région de Dijon (le 27 janvier).

Liens permanents vers cette page : https://affaireeo.wordpress.com/?page_id=2320http://wp.me/pIvH6-Bq .

Réunion pour les clients d’Odevia-Publiciweb-Locam (Aude)

La Chambre de Commerce de d’Industrie de Narbonne organise jeudi 20 janvier à 19h une réunion pour les clients des sociétés Odevia, Publiciweb et Locam.

Il s’agit bien sûr des clients ayant signé de manière concomitante un contrat avec chacune de ces 3 sociétés au cours d’un unique démarchage « one shot » de cette agence Web.

La réunion sera animée par un avocat de Narbonne. Elle vise notamment à informer les clients de leurs droits et devoirs. La création d’une association locale est aussi au programme de la réunion.

La CCI de l’Aude se situe 1 avenue du Forum – Croixsud – Narbonne.

Source : jounal L’indépendant, édition du vendredi 14 janvier 2011. Lire aussi l’article du Midi Libre, édition du mardi 11 janvier 2011.

Liens permanents vers cet article : https://affaireeo.wordpress.com/?page_id=2155 & http://wp.me/pIvH6-yL .

Exigez toutes vos pièces !

Voici une information importante pour l’annulation du contrat : le client (bénéficiaire du site) doit disposer de toutes les pièces de son dossier. Lors de la signature, le client signerait une offre de prêt auprès de la société de crédit-bail, même s’il n’en est pas conscient. Cela peut paraître surprenant, mais il semble que les clients ne possèdent pas le procès-verbal de réception (aussi appelé « certificat de conformité ») prouvant qu’ils ont bien reçu le produit pour lequel ils payent. C’est ce document, émanant de l’agence Web, qui permet à la société de leasing de commencer à prélever le compte du client.

Il semblerait donc que ce certificat serait signé par le client à son insu, grâce à la ruse des commerciaux, et que ce document serait aux mains de la société de crédit-bail.

Dans tous les cas, le client doit disposer de tous les éléments de son dossier, et donc demander toutes les pièces de son dossier à la société de leasing. [ Les doubles (duplicata) ou au moins une copie. ] L’agence Web a déjà revendu le contrat, et n’est donc plus l’interlocuteur du bénéficiaire du site Web. Attention, certains sociétés de crédit-bail peuvent opposer une résistance en surfacturant l’envoi ou la copie de ces documents, jusqu’à 24 euros par document ou par feuille pour l’une d’elle.

Si la société de crédit-bail refuse de fournir ces documents, le client doit aller porter plainte auprès de la CNIL. Je ne me souviens pas précisément du motif, mais cela doit être « collecte abusive d’informations » ou quelque chose comme cela.

Il faut aussi savoir qu’avant de prospecter l’artisan ou le commerçant, l’agence Web a demandé par téléphone des informations lui permettant de vérifier certaines données de l’entreprise visée, notamment sa solvabilité. (Cela me paraît étonnant vu l’éthique douteuse dont font preuve ces agences, mais cela serait une exigence de la société de leasing.) Lors de l’entretien de vente, le commercial a fini d’obtenir certaines informations pour le dossier du client, dont le contrat de location évolutive.

Source : une amie de client de la société Kalitys.

Si vous étiez en train de consulter l’article « Méthode pour faire résilier un contrat ‘one-shot’ de site Web », vous pouvez reprendre sa lecture.

Partager cet article sur Facebook.

%d blogueurs aiment cette page :